Vers la démondialisation?

44a465c9ca6eef69d53bdb694fc6e20b

Tous les pays appliquent pourtant les directives mondialistes de l'OMS à la botte des Chinois


 Il y a quelques semaines encore, ceux qui parlaient de la démondialisation passaient pour des farfelus.


Au mieux, il s’agissait de zozos nostalgiques incapables de s’adapter à un monde de plus en plus ouvert, et rêvant langoureusement d’une société bucolique et décroissante. Au pire, il s’agissait de vilains populistes dominés par la peur de l’autre et rêvant de repli sur soi.


Mais cette question était très théorique et n’intéressait que les milieux intellectuels les plus attentifs à ce genre de querelles. Apparemment que le vrai monde n’avait rien à voir avec de telles spéculations.


On oubliait que la vie des idées déborde dans la réalité concrète.








Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.





Legault


Et la pandémie a bouleversé nos certitudes.


Des évidences se sont transformées en absurdités, et des absurdités en évidences.


Par exemple, il allait de soi qu’il fallait confier les capacités industrielles du monde occidental à la Chine et se placer ainsi dans une situation de dépendance. Rien de tout cela n’était grave.


Il allait de soi aussi que ceux qui voulaient réindustrialiser le Québec et les autres nations occidentales valaient à peine mieux que des luddites version XXIe siècle. Ils appartenaient à la préhistoire économique.


Aujourd’hui, on se rend compte qu’une nation ne maîtrisant pas les leviers de sa souveraineté et une relative autonomie industrielle dans les domaines stratégiques se met à la merci de ses fournisseurs étrangers en période de crise, et plus encore quand il s’agit d’un empire totalitaire.


La mondialisation telle que nous l’avons connue se transforme en cauchemar.


La pandémie transforme déjà notre monde.


Quand François Legault annonce que le monde qui vient sera celui de la « démondialisation », il ne le fait pas comme un idéologue. Il reconnaît simplement la réalité telle qu’elle est, et cherche à y adapter le Québec.


C’est un monde difficile. On le voit déjà. Nous en souffrirons tous. Nous allons manquer d’équipements médicaux essentiels. Le gouvernement cherche à en acheter là où il peut. Mais tout le monde en veut. Il n’en sera pas ainsi seulement pour les masques.


En d’autres mots, dans le monde dans lequel nous sommes déjà entrés, la souveraineté industrielle redevient une valeur fondamentale. Un peuple incapable de produire ce qui lui est essentiel payera le prix de sa légèreté.


Du mondialisme, il faudra passer au localisme. Revaloriser les circuits courts et l’achat local. Faire preuve de patriotisme économique. Cesser de s’imaginer que la planète est un village, et la soumission aux marchés un idéal.


Coopération


Il y aura encore du commerce international et de la coopération entre les sociétés, évidemment. Nul ne rêve d’une planète composée de petits pays autarciques hostiles les uns aux autres.


Mais chaque pays, dans la mesure du possible, devra chercher à renouer avec ce vieux principe qui remonte à la surface de l’histoire : l’indépendance nationale.


Pour le Québec, cela impliquera, tôt ou tard, un devoir particulier. On sait lequel. Il faudra enfin devenir maîtres chez nous.