Un coup d’État symbolique contre le Québec

3263cc966a2c90a2b77ee9d7a689ae14

Le racisme anti-blanc est la nouvelle forme d'ethnomasochisme québécois


Depuis quelques années, le peuple québécois a assisté à un renversement complet de la représentation officielle de son histoire.


En l'espace de 60 ans, nous sommes passés du statut de peuple conquis et dominé chez lui ayant même échoué à obtenir son indépendance (et n’étant même pas parvenu à obtenir une reconnaissance formelle minimale dans une fédération qui lui a imposé, en 1982, un nouvel ordre constitutionnel diminuant considérablement ses pouvoirs linguistiques) au statut de «majorité blanche» dominatrice. Cette «majorité blanche» serait même héritière de l’impérialisme anglo-saxon et, plus largement, des crimes prêtés au colonialisme occidental, et devrait expier ses péchés contre la diversité en s’éveillant à la condition des «minorités» issues de l’immigration pour enfin s’ouvrir à leurs doléances. Elle devrait même s’angliciser le plus possible, pour qu’enfin, la langue française n’entrave plus l’avènement d’une société vraiment inclusive et authentiquement antiraciste. La culture québécoise serait encore trop pesante à Montréal – il faudrait y voir une marque de racisme systémique. Montréal s’anglicise, le poids de la majorité historique francophone ne cesse de régresser, le système collégial francophone est à la veille de s’effondrer, la théorie du racisme systémique se normalise dans l’espace public et ne pas y souscrire passe pour une absurdité anti-scientifique, mais le peuple québécois, lui, serait apparemment dominateur et inconscient de ses privilèges. Une nouvelle élite éclairée voudrait désembuer sa conscience collective en le délivrant de ses vils préjugés: il faudrait apparemment l’en remercier. 


Il y a dans tout cela quelque chose de délirant, et je dirais même d’orwellien. Notre rapport à nous-mêmes s’est inversé: nous sommes passés de colonisés à colonisateurs – à tout le moins, c’est le discours officiel qui prend forme médiatiquement. L’idéologie diversitaire, qui est l’idéologie dominante, se présente comme l’expression supérieure de la vertu. Elle nous dépossède de notre histoire et nous oblige, au nom de «l’éveil» et de la «prise de conscience» propre à la culture woke, à faire notre procès en permanence, pour passer le test de la respectabilité médiatique et demeurer fréquentables chez ceux qui disent ce qu’il faut penser pour bien paraître en société. Ne nous trompons pas: il s’agit d’un véritable coup d’État symbolique. On réécrit de force notre histoire en abolissant la manière dont nous nous sommes toujours représenté notre aventure collective. Avec la Révolution tranquille, nous avions voulu devenir maîtres chez nous. Nous avons échoué. Mais en plus, on nous apprend aujourd’hui que nous étions un peu odieux, parce qu’en fait, comme le veut la nouvelle théorie des territoires non cédés, nous serions «maîtres chez l’Autre» – et qui affirme cela sera célébré par le petit milieu culturel. L’historiographie postcoloniale à l’américaine appliquée au Québec disqualifie l’existence même du peuple québécois et rend inintelligibles quatre siècles d’histoire ainsi que les difficultés propres à notre présent. 


Les artistes, trop souvent, se soumettent à cette nouvelle doxa, même lorsqu’ils doivent porter notre fête nationale. Comme s’ils devaient s’excuser d’assumer une telle référence, en allant même jusqu’à affirmer que le Québec d’aujourd’hui serait tellement traversé par la tentation du repli qu’il trouverait dans le Canada un espace d’ouverture pour s’oxygéner l’esprit – c’est le retour du Canada qui nous délivre de nous-mêmes, énième forme de la thèse de la conquête providentielle appliquée désormais aux temps postmodernes. Même le français semble devenir trop pesant. Ainsi, dans la version locale de la Pravda, on pouvait lire ce matin la déclaration suivante de Pierre Lapointe: «quand j’entends les discours de certains séparatistes — je précise «certains» —, j’ai peur. Dans ce temps-là, je suis désolé, mais j’ai encore envie de Toronto et de Vancouver. Je veux sentir que le Québec est plus grand que ce que ces gens-là vendent comme idée». Il écrit aussi: «Je viens d’une famille qui a rêvé d’un Québec indépendant, mais moi, je ne sais plus où me situer par rapport à cette question-là. J’ai des amis anglos, juifs, musulmans, gais, hétéros, trans». On aurait envie de lui demander: mais quel est le rapport? On encore: de quoi parle-t-il? En quoi sa liste d’amis est-elle incompatible avec notre aspiration à devenir un pays? 


Refuser ce renversement de notre imaginaire collectif passe évidemment pour une manifestation odieuse de «nationalisme identitaire». Dans la gauche mondaine des commissaires politiques marccassiviens, ce terme sert désormais de repoussoir pour diaboliser les nationalistes qui contestent le régime diversitaire, le multiculturalisme et le racialisme. Un nouveau clivage idéologique s’installe: il y ceux qui embrassent ce procès du Québec, en le faisant passer pour un processus d’introspection nécessaire pour une société adulte et mature, et il a les méchants identitaires, de droite, réactionnaires, fermés, pas ouverts, vraiment pas fins, dont l’existence serait résiduelle, et qu’on souhaite expulser tôt ou tard de l’espace public au nom de l’inclusion, de la diversité et du progrès. Les nouveaux commissaires politiques, qui conjuguent l’inculture et le fanatisme, sont là pour nous expliquer que le Québec n’est jamais assez ouvert et que tout refus de basculer dans la logique du multiculturalisme relève de la crispation identitaire, peut-être même de la xénophobie. 


L’heure est à la repentance théâtrale et à la confession publique de ses «privilèges», pour le dire avec le jargon à la mode. C’est ainsi que les «Blancs» progressistes, puisqu’ils s’autodésignent ainsi, posent symboliquement le genou à terre devant la nouvelle idéologie dominante. Il s’agit de s’admirer en plein acte de contrition. Chacun raconte sa conversion, en rappelant ses premières réticences devant l’idéologie diversitaire, avant sa conversion, toujours incomplète, parce qu’on aurait toujours en soi des préjugés résiduels à combattre. Il s’agit de jouer «l’allié», de se mettre en posture «d’écoute», ce qui implique surtout de se taire lorsque, devant soi, des accusations insensées tombent sur le Québec. Ainsi, Arianne Moffat raconte: «L’éveil à mes propres biais inconscients est assez récent. Autour du projet Louve, dans le cadre des Francofolies [en 2017], alors qu’on parlait au nom de toutes les femmes, certaines femmes racisées ont senti qu’on ne s’adressait pas à elles. J’ai compris que je passais beaucoup de mon énergie à être sur la défensive. Je vois que c’était mon premier déclencheur, pour m’oublier, moi, femme blanche privilégiée, et voir l’ensemble du portrait». Le commissaire politique Cassivi écrit quant à lui: «On ne peut pas se targuer d’être ouvert d’esprit si on refuse de reconnaître qu’on a des préjugés inconscients, qui font en sorte, par exemple, qu’on s’entoure naturellement de gens qui nous ressemblent...». Safia Nolin, dans un entretien à Radio-Canada, se confesse dans le même état d’esprit: «j’ai réalisé que je n’étais pas une alliée [de l’antiracisme] et que mes combats – pour le féminisme, les droits des personnes LGBTQ+, et la diversité corporelle – avaient toujours eu rapport à moi». Ces séances d'autoflagellation des artistes et autres mondains qui s'accusent d'être de mauvais alliés dans un rituel expiatoire de plus en plus ostentatoire ont quelque chose de néo-maoïste. C'est la nouvelle version de la Révolution culturelle. Elle relève d’une névrose indissociable du conditionnement idéologique imposé par le régime diversitaire au cours des vingt-cinq dernières années au Québec. 


Il faudrait aussi nommer le grand tabou de la vie politique québécoise contemporaine: quand les «minorités» s’anglicisent, elles quittent leur statut minoritaire pour rejoindre la majorité anglo-canadienne. Redisons-le: quand les minorités s’anglicisent, elles rejoignent la majorité canadienne-anglaise, tout simplement, et cela souvent à travers la référence à Montréal, qui se substitue à la référence québécoise. Quand elles s’anglicisent, elles s’inscrivent dans un univers symbolique et politique où l’existence même du peuple québécois est jugée illégitime. Mais le statut de «minoritaire» est aujourd’hui symboliquement payant et on y tient pour conserver son avantage moral dans le débat public. C’est en prenant la pose victimaire du minoritaire systématiquement exclu qu’on accélère sa carrière et qu’on se place en position hégémonique dans l’espace public. Il serait intéressant de se demander si les «difficultés d’intégration» des «minorités» relèvent exclusivement de la société d’accueil. On nous demande l’autocritique. Très bien. Mais est-ce que ces «minorités» font de même? 


Au Québec, on peut cracher sur les Québécois sans jamais se faire accuser de tenir des propos haineux, et quelqu’un s’adonnant à ce sport pourra même bénéficier d’un traitement médiatique favorable. Les Québécois vivent dans l’illusion de l’indépendance, sans se rendre compte que c’est le Canada qui dispose ici de la souveraineté, de la puissance symbolique, du privilège de la citoyenneté, et de la capacité de remodeler les institutions à partir de sa propre vision du monde. Les Québécois ont beau être «blancs», ils demeurent dans un statut précaire en Amérique du Nord et dans un Canada qui est fondé sur la négation de leur existence collective. Mais ils ont normalisé mentalement leur situation et lorsqu’ils doivent vivre dans une autre langue que la leur au quotidien, dans leur métropole, ils n’y voient pas un rapport de domination mais la simple conséquence de la mondialisation, à laquelle il faudrait s’adapter sans plus. Ils ont beau devoir évoluer dans les paramètres formels d’une constitution qu’ils n’ont pas signée, ils se croient tout-puissants. On le voit, et on le verra, dans les débats qui viendront sur le maintien de la loi 21: le Québec a dû la formuler dans les paramètres d’un ordre constitutionnel qui s’impose à lui malgré son consentement, et en dernière instance, c’est Ottawa, à travers sa Cour suprême, qui décidera s’il tolère ou non cette manifestation minimaliste de notre différence collective. 


On voit ici les effets de l’illusion racialiste qui est en train de s’imposer dans l’espace public comme nouvelle grille de lecture de nos réalités sociales: les Québécois se croient tout-puissants à cause de leur couleur de peau, mais en viennent à oublier leur propre histoire, leur propre culture et leur propre structure sociologique. Ils en viennent à oublier leur propre condition politique. Le racialisme vient fondre dans une même catégorie les héritiers de Papineau et de Durham, les militants inspirés par Lévesque et les élites stipendiées qui suivaient Trudeau. La différence culturelle et linguistique, qui est la différence véritablement constitutive dans l’histoire du Québec, est neutralisée, comme s’il fallait désormais se soumettre au fantasme effrayant de la guerre des races, où il s’agit de départager les individus selon la couleur de leur peau, comme le prescrit la bureaucratie diversitaire qui a le culot de prétendre travailler pour les droits de la personne. La comptabilité racialiste qui passe aujourd’hui pour un progrès social fabrique en fait une société cloisonnée où chacun sera appelé à se définir selon la couleur de sa peau sans s’inscrire dans un monde commun. 


Le régime fédéral a toujours cherché à détacher les immigrants de la majorité historique francophone pour les instrumentaliser dans la canadianisation mentale et politique du Québec. Mais aujourd’hui, rappeler cette réalité passe pour une provocation idéologique, presque un discours haineux. Il faut cesser de faire semblant que nous sommes un État indépendant capable d’intégrer les nouveaux arrivants à sa réalité propre. Le peuple québécois est bien moins fort aujourd’hui qu’il ne le croit et en parler comme une majorité blanche dominante relève de la fumisterie idéologique. Mais il est assiégé par une offensive médiatique permanente pour le culpabiliser et le forcer à mettre le genou à terre. En ce moment, une bonne partie des élites médiatiques, intellectuelles et technocratiques se sont retournées contre le Québec, qu’elles traitent comme une société d’attardés à faire évoluer à coup de campagnes de sensibilisation – autrement dit, à coup de campagnes de propagande. Le premier ministre est ainsi soupçonné de ne pas utiliser le concept de racisme systémique parce que sa base électorale serait trop bête pour le comprendre. Il serait temps que la classe politique prenne conscience de la bataille qui se mène: elle touche à l’existence même du peuple québécois. Ce n’est pas faire preuve de maturité que de se soumettre à la nouvelle idéologie dominante: cela consiste à se soumettre, tout simplement.