Un débat public s’impose

Reconnaissance faciale et vie privée

Le défi de Sonia LeBel

Abdcb160b49125423b92798058d62fd4

Tribune libre

 


 


Depuis un peu plus d’un an, de nombreuses voix se sont élevées pour réclamer un moratoire sur l’utilisation croissante de la reconnaissance faciale par les États et les municipalités. Le chercheur montréalais de réputation internationale Yoshua Bengio, grand spécialiste de l’intelligence artificielle, est une des figures de proue de ce mouvement. « Un élément qui m’inquiète est qu’on vogue vers une société hyper surveillée, avec comme conséquence une plus grande facilité pour le pouvoir en place de s’y maintenir grâce à la technologie, donc une possible dérive autoritaire qui mettrait en danger nos valeurs démocratiques », allègue M. Bengio.

Or, malgré de nombreux appels au moratoire et invitations à légiférer lancés aux élus, tant par les scientifiques que par des groupes de défense des libertés civiles, ni Ottawa, ni Québec, ni même la Ville de Montréal ne se sont penchés en profondeur sur l’utilisation croissante de la reconnaissance faciale.

Lors d’entrevues réalisées le 29 juin à l’émission 24/60 sur les ondes de RDI, la députée libérale Marwah Rizqy, porte-parole de l’opposition en matière de stratégie numérique, s’est montrée farouchement opposée à la prolifération de la reconnaissance faciale eu égard à l’intrusion abusive dans la vie privée des gens. De son côté, son vis-à-vis, le ministre Éric Caire, envisage la possibilité d’utiliser, dès 2021, la reconnaissance faciale pour permettre aux citoyens de se connecter aux sites gouvernementaux qui hébergent des données confidentielles.

Aux yeux de la majorité de la population du Québec, la reconnaissance faciale incarne un concept nébuleux. C’est pourquoi, à mon avis, un moratoire doit être décrété sur l’implantation d’un tel concept et un débat public doit se tenir dans les plus brefs délais, à défaut de quoi la vie privée des citoyens risque de devenir un concept galvaudé et abscons.

https://iatranshumanisme.com/2020/02/28/reconnaissance-faciale-la-crise-de-la-vie-privee/

Le défi de Sonia LeBel

Le remaniement ministériel annoncé par François Legault, amène, entre autres, l’ex- procureure en chef de la commission Charbonneau, Sonia LeBel, au poste de présidente du Conseil du trésor, une nomination qui la place sur la ligne de front de la défense du projet de loi 61 controversé sur une relance accélérée de l’économie du Québec.

Or, pour y parvenir, le gouvernement Legault propose de surseoir à diverses dispositions adoptées par la commission Charbonneau, notamment des modifications prévues par la Loi sur les contrats d’organismes publics dans les deux ans suivant la sanction de la loi.

Une situation pour le moins inconfortable, voire déchirante, pour Sonia LeBel qui était positionnée, en tant que procureure de la commission Charbonneau, en première ligne ayant contribué aux diverses mesures mises de l’avant pour contrer la collusion et la corruption dans l’industrie de la construction. 

Sonia LeBel est réputée pour avoir fait preuve d’une intégrité à toute épreuve tout au cours de sa carrière juridique. Conséquemment, il m’apparaît pertinent de s’interroger sur les arguments qu’elle fera valoir pour concilier son intégrité avec les « entourloupettes » proposées dans le projet de loi 61 dans le but de contourner les mesures de surveillance qu’elle a elle-même contribué à faire adopter lors de son passage à la commission Charbonneau… Une histoire à suivre! 


Henri Marineau, Québec


 


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1424 articles

  • 1 094 148

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé