Le déconfinement, pas facile!

Qu’avez-vous à répondre, Dr Arruda?

Entrevue avec Jean-Dominique Michel, « Autopsie d’un désastre »

06a880e65604cb94dcefb112b8ef7a1e

Tribune libre

 




J’ai écouté avec énormément d’intérêt l’entrevue avec Jean-Dominique Michel et j’en retiens une conclusion dramatique, à savoir qu’au début de l’arrivée du coronavirus, il aurait fallu dépister en masse, détecter les personnes contaminées et les placer en quarantaine, comme l’a fait la Corée du Sud.

Durée de l’entrevue : 1 h :9 min.

https://www.youtube.com/watch?v=4MqArCjrkmI&feature=youtu.be

En réalité, tout le contraire de la démarche occidentale, y compris le Québec bien sûr, qui a privilégié le confinement d’abord avant d’en arriver, plusieurs semaines plus tard, à lancer une vaste campagne de dépistage.

Partant de ce constat qui était pourtant connu des milieux spécialisés en épidémiologie, qu’avez-vous à répondre, Dr Arruda pour votre défense? Pourquoi n’avez-vous pas soumis, dès leur arrivée, les voyageurs de la semaine de relâche à un dépistage de même que les « snowbirds » qui arrivaient de la Floride au lieu de les placer tout simplement en quarantaine? Pouvez-vous tout au moins admettre que vous avez eu tort en confinant tout le Québec sans motif scientifique?

Arruda, la vedette de l'heure

« …Pourtant, au moment d’écrire ces lignes, le Québec souffre du plus haut taux de mortalité en Amérique, Montréal est un épicentre de la crise, la situation en CHSLD est absolument pitoyable, et le Dr Arruda s’est joyeusement planté avec la question des masques, du «pic», et de «l’immunité collective», se vantant de surcroît, mensonge à l’appui, d’avoir «sauvé entre 30 000 et 60 000 vies».

Alors qu’une réaction normale devrait vaciller entre frustration et reddition de comptes, le bon docteur se retrouve submergé, pour son plus grand plaisir, d’invitations à une pléiade de shows populaires.

Et pendant que l’on rigole avec le sympathique toubib, l’hécatombe se poursuit d’emblée, le retour à l’école primaire et aux garderies est maintenant imminent, et se prépare la surveillance policière par voie électronique, le tout à grands coups de gouvernance par décrets… »

https://journalmetro.com/opinions/in-libro-veritas/2443921/ta-gueule-democrate/

Horacio Arruda s’adjoint une stratège politique

https://www.msn.com/fr-ca/actualites/quebec-canada/une-stratège-politique-pour-le-dr-arruda/ar-BB13F6hg?ocid=spartandhp

Le déconfinement, pas facile! 

Les Québécois vivent maintenant à l’heure du confinement depuis plus de six semaines. Les mesures de sécurité édictées par le tandem Legault-Arruda et répétées quotidiennement lors de leur point de presse font maintenant partie du rituel des Québécois, notamment l’isolement.

Nous sommes maintenant invités à passer graduellement à la période du déconfinement, somme toute, à nous déprogrammer, une tâche qui s’avère plus ardue que le confinement qui était perçu comme un bouclier nous rassurant contre l’envahisseur. Or, maintenant que nous pouvons sortir de chez nous, une crainte sournoise s’empare de nous, un peu comme un enfant qui apprend à marcher seul pour la première fois.

Toutes sortes de sentiments surgissent, telles la crainte, l’inquiétude, voire l’anxiété pour certains. Des questions se pointent dans nos têtes au sujet du respect ou non des consignes de sécurité par ceux qui nous côtoieront. Comment réagir dans une situation où quelqu’un s’approche trop près de nous ou tousse sans se protéger? 

À mon avis, nous devons réapprivoiser notre entourage petit à petit avec confiance tout en demeurant vigilants eu égard aux mesures de sécurité qui nous ont guidées en période de confinement… et respirer à pleins poumons l’air bienfaisant du printemps! 


Henri Marineau, Québec  


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1424 articles

  • 1 094 148

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



2 commentaires

  • Gaston Carmichael Répondre

    8 mai 2020


    Partant de ce constat qui était pourtant connu des milieux spécialisés en épidémiologie, qu’avez-vous à répondre, Dr Arruda pour votre défense? Pourquoi n’avez-vous pas soumis, dès leur arrivée, les voyageurs de la semaine de relâche à un dépistage de même que les « snowbirds » qui arrivaient de la Floride au lieu de les placer tout simplement en quarantaine? Pouvez-vous tout au moins admettre que vous avez eu tort en confinant tout le Québec sans motif scientifique?



    M. Michel résume cela en un mot: Impréparation!


    Nous n'avions tout simplement les équipements nécessaires pour réagir à ce nouveau visiteur.  On ne pouvait pas inciter la population à porter un masque parce qu'on n'en avait même pas suffisamment pour protéger les préposés aux bénéficiaires dans les CHSLD. Dépister est effectivement une bonne idée, mais quand on n'a pas d'écouvillons, ni de réactif, on fait quoi?


    La seul alternatives était de ralentir le plus possible la propagation du virus, pour se donner le temps de s'approvisionner.


    Si on peut parler de déconfinement partiel aujourd'hui, c'est sans doute grâce à ceci:


    https://www.journaldemontreal.com/2020/05/01/un-gigantesque-avion-cargo-attendu-a-mirabel-1