PSPP s'est trouvé

Paul St-Pierre Plamondon n'est plus un orphelin politique!

Immigration et course au P.Q

079768267e61f172d98a9f50cc7550dd

Tribune libre

Je suis bien content pour lui, PSPP, celui qui, avec Mélanie Joly, oui celle-là, la future ministre à Ottawa, se disait orphelin politique.

Je vous explique. PSPP a écrit un texte sur l'immigration. Je suis assez d'accord avec ce qu'il propose, 35-40,000 immigrants par année, quoique ça me semble un peu élevé, le français est déjà minoritaire à Montréal, c'est la cible de la CAQ. Les positions de M. Plamondon évoluent, elles diffèrent quelque peu de celles de la course au leadership de 2015, cette année-là, il était contre la charte des valeurs de Drainville-Marois, il était d'avis que le racisme systémique existait au Québec, depuis, il a changé d'avis, pour plus de laicité et moins d'immigrants, tant mieux.



Frédéric BASTIEN, sa politique c'est 25-30,000 immigrants par année, comme sous Landry Bouchard, sachant de toute façon que nous sommes obligés d'en recevoir au départ, 20,000 à cause du fédéral, réfugiés et réunifications familiales. L'immigration est une compétence partagée, fédérale-provinciale. Il faut faire du Québec un pays qui contrôlera 100% de son immigration.


Bastien a eu raison sur toutes ces questions du premier coup! Il est prêt. Regardez ces écrits, vous verrez. Fidèle à lui-même et à ses idées. Il est réfléchi, mature, solide, fiable et constant. C'est un leader! Je préfère l'original à la copie. Comme lorsque Coke, sans succès, à essayé de copier Pepsi, avec son nouveau Coke, pour après revenir à la recette originale, classique. Voila, Plamondon n'est plus orphelin, il a trouvé en Bastien, un père spirituel, dont il a adopté les idées. Bastien est beaucoup trop jeune pour être son père biologique.




Pierre Boucher


Québec


Featured 6ca6264a2e4f0ca5983e274ea8b25eb5

Pierre Boucher24 articles

  • 10 460

Retraité de 64  ans, agent de bureau fonction publique du Québec, originaire et domicilié à Québec. Mon travail m'obligeait à un devoir de réserve. Maintenant je peux m'exprimer sans retenue, sauf celle que me dicte le bon-sens!





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé