Confinement nocif

Les ados en confinement : dommages collatéraux

Les propos du Dr Julien portent à réflexion

D68178367deef6e06cc0144592c19c8f

Tribune libre

 




Le Dr Gilles Julien, pédiatre, sonne l’alarme…20 à 25% des ados éprouvent actuellement des anxiétés importantes qui nuisent à leur santé et près de 20% présentent des signes dépressifs. Des chiffres qui font frémir et qui démontrent à quel point l’isolement influe sur le comportement émotionnel des ados.

Toutes les études antérieures prouvent que les ados sont particulièrement affectés par les changements qui surviennent autour d’eux, particulièrement lorsque ces changements ont pour effet de brimer leur besoin d’évasion. « Ils sont à un point de transition important. Ils forgent leur personnalité, ils sont sûrs d’eux, ils veulent avancer et ils veulent créer. Mais il faut qu’ils aient les moyens de le faire. S’ils ne le font pas, ils perdent espoir, ils perdent contact, ils risquent de décrocher », met en garde le Dr Julien.

Le confinement est érigé telle une cloche de verre qui empêche les ados de respirer, ils ont besoin d’air, ils étouffent. L’équipe de gestion de crise, notamment François Legault et Horacio Arruda, doivent ouvrir des espaces aux ados pour leur permettre de bouger, de sortir à l’extérieur et de socialiser avec leurs amis de façon sécuritaire, à défaut de quoi les troubles de santé mentale risquent de faire davantage de victimes que le virus lui-même pour cette catégorie d’âge.

Avec le déconfinement graduel entamé par le gouvernement Legault, plusieurs parents sont appelés à retourner à leur travail, laissant de la sorte leurs ados seuls à la maison, une situation propice au développement de comportements anxieux et dépressifs. Conséquemment, il m’apparaît urgent, voire salutaire, que des mesures de déconfinement soient prises pour maintenir l’équilibre psychologique de nos ados.

Attention à nos ados

« En entrevue avec Le Journal, le pédiatre reconnu Gilles Julien a parlé de catastrophe et d’impacts non seulement préoccupants, mais dangereux chez nos adolescents. Les experts s’inquiètent du décrochage, de la démobilisation, de la dépression et de l’anxiété susceptibles d’en découler. » Henri Marineau, Québec

https://www.journaldequebec.com/2020/05/17/attention-a-nos-ados

L’économie avant les jeunes?

« Lundi prochain, un pan entier de la vie montréalaise émergera de l’asphyxie du confinement. Sur le front économique, le risque en vaut la chandelle. Sur le front des écoles, c’était tout le contraire. Finalement, il aura été plus facile de faire consensus sur la sauvegarde des commerces de proximité que sur le bien-être physique et mental des enfants. »

https://www.journaldequebec.com/2020/05/19/leconomie-avant-les-jeunes

Nos ados abandonnés

« Mais le temps nous démontre de plus en plus que les impacts sont et seront catastrophiques pour les adultes de demain. Ils se morfondent, dépriment, tournent en rond et remettent tout en question. Les risques reliés aux problèmes de santé mentale sont décuplés et les probabilités de décrochage sont alarmantes

https://www.journaldequebec.com/2020/05/20/nos-ados-abandonnes


Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1467 articles

  • 1 107 854

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com




Author extra bg
Author extra bg
Author extra bg

La « coronaphobie »


Author extra bg

Robotshop dans la mire de l’OQLF



Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé