Le racisme systémique existe à la GRC, admet la commissaire Brenda Lucki

4ec4a00d893dd49e47b3d26a064ce7d7

L'ethnomasochisme atteint la GRC


La commissaire de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), Brenda Lucki, affirme finalement que le racisme systémique existe au sein de la police fédérale.


Mme Lucki avait reconnu que ses forces policières pouvaient s’améliorer. Mais initialement, elle n’avait pas endossé l’opinion du premier ministre Justin Trudeau selon laquelle la GRC, comme toutes les institutions canadiennes, fait face à du racisme systémique.


Mais vendredi, Brenda Lucki a regretté de ne pas l’avoir fait.


« Dans de récentes entrevues, j’ai déclaré que j’avais de la difficulté avec la définition du terme racisme systémique, en essayant de faire ressortir le bon travail accompli par la vaste majorité des employés », a-t-elle déclaré dans un communiqué.


« J’ai admis que dans notre organisation comme dans d’autres, il y avait du racisme, mais je n’ai pas affirmé formellement que le racisme systémique existe à la GRC. J’aurais dû le faire. »


« Je sais que, comme plusieurs l’ont dit, le racisme systémique fait partie de toutes les institutions, la GRC y compris. Au cours de notre histoire, nous n’avons pas toujours traité les personnes racisées et les Autochtones de façon équitable, et c’est toujours le cas aujourd’hui. »



Justin Trudeau a déclaré vendredi que Brenda Lucki avait déjà réussi à faire progresser la GRC, mais il a ajouté qu’il fallait en faire davantage et plus rapidement à travers le pays pour s’assurer que les policiers, y compris la GRC, puissent mieux servir les Canadiens.


« Il y a des changements profonds que nous devons apporter à nos institutions, et nous devons travailler avec des gens qui veulent faire ces changements, qui veulent faire partie de la solution — et je sais que la commissaire Lucki en fait partie », a déclaré Justin Trudeau.