Confinement

Le confinement, porteur potentiel de violence

Une leçon à tirer du confinement

B0060629afec99acc22d6b75353be19e

Tribune libre

 




En cette période de stress intense où les familles du Québec sont confinées dans leur résidence, un « virus » pernicieux risque de s’infiltrer à l’intérieur du logis familial : la violence.

En mettant le Québec sur pause jusqu’au 13 avril, le gouvernement Legault a fermé à clef les portes de milliers d’usines et d’entreprises québécoises où des centaines de milliers de travailleurs gagnaient dignement leur vie.

Une dignité qui s’est évaporée du jour au lendemain pour faire place au désœuvrement et à l’anxiété. Une oisiveté sournoise qui parfois, chez les personnes plus vulnérables, peut dégénérer en une violence incontrôlable, particulièrement chez les hommes, envers l’épouse et/ou les enfants.

C’est pourquoi, face à cet ennemi potentiel qu’est la violence, le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux du Québec, Lionel Carmant et la ministre responsable de la Condition féminine, Isabelle Charest, se doivent de redoubler de vigilance et d’accroître les ressources humaines dans les DPJ et les organismes d’aide et d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale de manière à contrer les dommages collatéraux causés par la fermeture de tous les services jugés non-essentiels. Il en va de la sécurité de femmes et d’enfants du Québec.

https://www.msn.com/fr-ca/actualites/faits-divers/un-bébé-de-deux-ans-meurt-durant-une-intervention-de-la-dpj-à-joliette/ar-BB11QDpU?ocid=spartandhp

Une leçon à tirer du confinement

Au Québec, en cette période de confinement, des enfants sont séparés de leurs amis, des parents de leurs enfants, des grands-parents ne peuvent plus serrer leurs petits-enfants dans leurs bras. Quant aux personnes âgées, elles sont seules, plus seules que jamais… et elles l’étaient bien avant le confinement.

Un confinement qui nous confronte à la solitude, pour la première fois peut-être. Et s’il est une leçon que nous pouvons tirer de cette solitude, c’est celle des personnes âgées cantonnées dans des résidences pour « aînés » ou dans des Centres hospitaliers pour soins de longue durée (CHSLD) qui se bercent devant leur téléviseur, le regard ailleurs…

Lorsque la tempête sera passée, peut-être nous souviendrons-nous du poids de notre solitude en période de crise et, qui sait, peut-être irons-nous faire une petite visite à nos parents confinés dans leur chambre depuis des mois, voire des années, et vivant de l’espoir que peut-être…


Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1407 articles

  • 1 085 425

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé