#Je M’excuse

Dénonciations pour harcèlement et agression sexuelle

Julien Lacroix, un cas parmi tant d’autres

1e8cbef99f073f7496498d9257df5749

Tribune libre

 




Incroyable le nombre de fois où l’agresseur s’est excusé auprès de sa victime suite à la vague de dénonciations pour harcèlement et agression sexuelle qui sévit au Québec depuis quelque temps. À tel point qu’on pourrait qualifier cette tendance de #Je M’excuse.

À cet effet, un vieil adage stipule que « faute avouée est à moitié pardonnée ». Dans les cas qui nous concernent, je suis prêt à parier que les excuses de leurs agresseurs n’ont pas contribué à obtenir l’absolution de leurs victimes de facto.

Messieurs, si votre comportement envers les femmes était digne du respect auquel elles ont droit, vous ne seriez pas tenus de vous plier à de « plates » excuses qui risquent de couler comme de l’eau sur le dos d’un canard.

Les excuses sont toujours la conséquence d’une attitude ou d’un geste réprobateur qui ont l’effet d’un cataplasme sur la blessure infligée à la victime… Elles ne guérissent pas, elles ne font que procurer un semblant de libération à l’agresseur.

La morale de cette histoire : pensez aux conséquences de vos gestes « avant » d’agir, messieurs. De cette façon, vos excuses seront inutiles… et la dignité des femmes ne s’en portera que mieux!

Julien Lacroix, un cas parmi tant d’autres

Dans la foulée des dénonciations pour harcèlement et agression sexuelle, notamment dans le monde artistique, la relation houleuse entretenue entre l’humoriste Julien Lacroix et son ancienne conjointe Geneviève Morin a fini par émerger des médias sociaux.

D’entrée de jeu, je n’ai pas l’intention de revenir sur la nuit d’horreur qu’elle a dû vivre à l’automne 2019 lorsque Julien Lacroix est débarqué chez elle, huit mois après leur rupture. Mon objectif est plutôt de mettre l’accent sur l’importance de dénoncer des comportements d’inconduites et d’agressions sexuelles de la part des présumés agresseurs envers les victimes.

Dans un texte saisissant publié sur la plateforme Urbania, Geneviève lance un appel à une réflexion sociale en profondeur sur la vague de dénonciations qui sévit depuis quelques semaines et qui démontre, selon elle, « qu’il y a un problème dans notre société ». « Comment va-t-on faire pour s’en guérir collectivement? », lance-t-elle.

À mon sens, il appartient à l’école d’intervenir en amont eu égard aux comportements déviants dans les relations entre les garçons et les filles en mettant sur pied une série de rencontres avec des spécialistes qui seraient appelés à détabouiser ces relations en insistant a priori sur l’égalité entre les garçons et les filles et le respect qui doit en découler… Et cela, peu importe la notoriété dont bénéficie le présumé agresseur, cette notoriété étant un privilège et non un droit sur la victime!


Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1469 articles

  • 1 108 216

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé